samedi 18 novembre 2017

La Coalition US a organisé la fuite des jihadistes de Raqqa (BBC)


Voir les camions remplis de djihadistes lourdement armés (RPGs etc...) à 2'00" et 3'40". Il est évident que le chiffre ridicule de 250 djihadistes exfiltrés est une farce. Ce sont bien plusieurs milliers de terroristes, dont de nombreux "français" qui ont fui sous protection Franco-Britannico-US, dont certains sont déjà en Turquie, fraîchement rasés et cherchant à rentrer.
(Vidéo en VO anglais)

Plus de détails (ne pas tenir compte du mensonge des "250") :

Syrie : Plusieurs milliers de djihadistes évacués de Raqqa sous la protection de la coalition occidentale


Aller plus loin : 

jeudi 16 novembre 2017

«Ne venez pas me faire chier avec la souveraineté de mon pays», Duterte met L'UE en garde


Le président des Philippines, Rodrigo Duterte a déclaré à la presse qu'il n'accepterait pas l'ingérence de l'Union européenne qui chercherait, selon lui, à interférer dans sa façon de gérer le pays contre des aides financières. RT

[Frédéric Taddeï] Débat sur TRUMP : Pourquoi 40% des américains le soutiennent encore ?


Débat avec Jean-Eric Branaa, Alexandre Devecchio, Anne Toulouse et Sylvain Cypel. 
EUROPE 1, 13 novembre 2017, 19h00

mercredi 15 novembre 2017

Espagne - Ukraine. Nations réelles contre Nations fictives [Xavier MOREAU]


Le cas catalan n'est absolument pas comparable à celui du Donbass car l'Espagne est une Nation millénaire alors que l'Ukraine est une Nation idéologique indépendante depuis 26 ans. http://stratpol.com/

Syrie : Plusieurs milliers de djihadistes évacués de Raqqa sous la protection de la coalition occidentale

AP

L'Etat islamique et les Forces démocratiques syriennes (FDS) auraient conclu un accord secret permettant à environ 250 combattants de l'EI et leurs familles de quitter Raqqa par camion le 12 octobre, selon une enquête de la BBC à laquelle les médias français font écho mardi. Au total, 4.000 personnes auraient été transportées dans le même convoi de camions et de bus le 14 octobre dernier, en direction de la frontière entre la Syrie et l'Irak.

L'enquête de la BBC, intitulée "le sale secret de Raqqa", a pu être réalisée grâce à plusieurs témoins-clés, dont le chauffeur d'un des camions du convoi. Il raconte au journaliste Quentin Sommerville que les combattants, portant armes et ceintures explosives, menaçaient de faire exploser les camions si l'accord n'était pas respecté. Certains parlaient français, d'autres anglais ou dans une langue étrangère. Ce chauffeur a finalement décidé de tout dévoiler car il n'a pas touché la rémunération qui lui avait été promise par les Forces démocratiques syriennes.

Le convoi, long de cinq ou six kilomètres, a roulé durant trois jours sous la surveillance des avions de la coalition internationale, ce que celle-ci reconnaît, selon la BBC. Différents témoins voient dans cet accord une manœuvre des FDS pour limiter les pertes humaines.

La majorité des combattants exfiltrés se sont repliés dans des zones à la frontière entre la Syrie et l'Irak, ou dans la région d'Idlib, tandis que des dizaines d'entre eux auraient réussi à franchir la frontière avec la Turquie.

Il est "possible" que des djihadistes étrangers du mouvement Etat islamique (EI) aient pu s'échapper de Raqqa juste avant sa chute, a admis mardi la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, après la publication du reportage de la BBC.

Interrogé mardi à ce sujet lors d'une téléconférence au Pentagone, le porte-parole de la coalition, le colonel Ryan Dillon, a reconnu que "sur les 3.500 civils qui ont quitté Raqqa à ce moment-là, moins de 300 ont été identifiés comme de possibles combattants de l'EI". L'accord avec les FDS était que les photos et les empreintes digitales de tous les hommes en âge de combattre seraient vérifiées pour éviter que des djihadistes connus puissent s'échapper, a ajouté le colonel Dillon. Mais "je ne peux pas dire avec 100% de certitude que chaque combattant ait été identifié à son départ de Raqqa", a-t-il ajouté. "Que certains de ces combattants aient pu évoluer parmi les civils ou se faire passer pour un affilié local à l'EI, c'est possible", a précisé le porte-parole.

vendredi 10 novembre 2017

EVÈNEMENT : Poutine et Trump se serrent la main et échangent quelques mots au Sommet de l'APEC


Donald Trump et Vladimir Poutine se sont serré la main lors d'un sommet au Vietnam. Les deux dirigeants se sont rencontrés avant le dîner de gala du sommet de la coopération économique Asie-Pacifique dans la ville côtière de Danang.

Les deux parties ont précédemment exprimé leur intérêt pour une réunion au forum de coopération économique Asie-Pacifique à Da Nang, mais un accord sur les détails n'a pas été trouvé. Alors que M. Trump était sur le point d'atterrir vendredi, la Maison Blanche a annoncé qu'aucune réunion n'aurait lieu.

mercredi 8 novembre 2017

Robert Giraud :"Poutine sera réélu en mars 2018 !"


Traducteur et interprète, Robert Giraud a vécu de très nombreuses années en Russie et a publié de nombreux ouvrages sur ce pays, notamment des contes pour enfants. Dans “Cent années de Russie, de la Révolution à nos jours”, l’auteur balaie l’histoire d’une nation qui se débarrasse de Nicolas II pour tomber sous le joug du communisme et qui va se libérer du totalitarisme pour se tourner vers une économie de marché. Affirmant que la Russie est dorénavant un pays où est respectée la liberté d’expression, Robert Giraud évoque les élections présidentielles de mars 2018. Pour lui, il ne fait pas de doute que le président Poutine sera réélu. Reste à savoir s’il le sera dès l’issue du premier tour.

mardi 7 novembre 2017

Révélation : les USA ont mené une guerre secrète contre la Syrie dès 2011


Hamad Bin Jassem Al Thani, ancien Premier ministre du Qatar, confirme que les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar ont comploté en vue d'armer des groupes rebelles et de mener ainsi une guerre secrète contre la Syrie ; une guerre « par proxy », comme disent pudiquement certains spécialistes, mais surtout une guerre illégale au regard du droit international. Voici l'extrait accablant de l'interview que cet ancien Premier ministre a accordé récemment à la BBC. 
Cette vidéo a été réalisée par la journaliste Adeline Chenon Ramlat. 
CERCLE DES VOLONTAIRES 

lundi 6 novembre 2017

Jean-Pierre Chevènement décoré de l'Ordre russe de l'Amitié par Vladimir Poutine


Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre et actuellement représentant spécial de la France pour la Russie, a été décoré le 4 novembre de l'Ordre de l'Amitié par Vladimir Poutine, en compagnie d'autres personnalités venues de l'étranger. Par cette décoration, la Russie remercie ces derniers de leurs efforts pour «renforcer la paix, l'amitié et la compréhension mutuelle entre les peuples», selon un communiqué du Kremlin.

dimanche 5 novembre 2017

Gérard Depardieu se livre sans filtre sur les américains, les russes, Trump, Poutine, la géopolitique, la littérature, l'amour...


L'acteur français présente à New York la version traduite en anglais de son livre "Innocent", sorti en 2015 en France.

Débat sur "l'Amérique de Trump" : Alexandre Del Valle met en PLS un néo-conservateur américain à passeport français


Débat animé sur Sud-Radio entre le politologue Alexandre Del Valle et le neocon immatriculé par erreur en France Jean Lesieur qui trouve que Trump est un "danger pour la planète" mais qu'il faut être compréhensif avec Georges Bush car l'invasion de l'Irak, même sous des prétextes mensongers aurait selon lui permis l'avènement des "printemps arabes", dont il semble trouver les résultats merveilleux...
Un débat surréaliste en diable...

lundi 30 octobre 2017

HAPPY HALLOWEEN!! par Ben GARRISON


L'’envolée du bitcoin, le nouveau "trouillomètre" qui a remplacé l'’or ! [Olivier DELAMARCHE]

Comment expliquer le succès du bitcoin, dont la valeur s’est envolée depuis 4 ans ? La flambée de cette cryptomonnaie témoigne de la prise de conscience d’une fin proche du système monétaire selon Olivier Delamarche, fondateur de Triskelion Wealth Management. Ecorama du 24 octobre présenté par David Jacquot sur boursorama.com

vendredi 27 octobre 2017

Syrie - chute de Raqqa : que vont devenir les djihadistes étrangers ?


Le 19 et 20 octobre, les ministres de l'Intérieur du G7 se sont réunis sur l'île italienne d'Ischia pour plancher sur la menace que représentent pour leur pays les combattants étrangers en fuite après la chute de Raqqa. Gros plan sur les 275 belges partis en Syrie et en Irak avec Bahar Kimyongur. Source : TV5 Monde.

mercredi 25 octobre 2017

38 ans de promesses d'Europe sociale en bref

Dès son élection, Macron a promis de remettre l'Europe sociale au coeur du projet européen, sous les applaudissements de Jean-Claude Juncker qui a fait mine de trouver ça innovant. En octobre 2017, il prétend d'ailleurs avoir réglé le sujet des travailleurs détachés, tout comme Hollande prétendait en 2012 avoir réorienté l'Europe. En fait, Macron ne fait que reprendre le flambeau de près de 40 ans de promesses non tenues et de compromis mineurs arrachés sur le social aux autres pays ou à la Commission. Petit florilège en moins de 5 minutes !

lundi 23 octobre 2017

BHL n'aime pas qu'on traite un homme de porc


Bernard-Henri Lévy n’aime pas qu’on traite les hommes de porcs.
... Bon, à part s'il le fait lui-même.

jeudi 19 octobre 2017

46% des Américains pensent que les médias diffusent des Fake News sur Trump


D’après un sondage Politico, 46% des américains (et 76% des électeurs Républicains) pensent que les médias diffusent de fausses informations sur Donald Trump, contre 37% qui pensent le contraire. – Fox News, 19/10/17, 6h30 Trish Regan : «Si vous pensez que les médias inventent des histoires sur le président Trump, vous êtes loin d’être le seul. Un nouveau sondage Politico a posé la question, et devinez quoi ? 46% ont sont de cet avis. Près de la moitié du pays a dit Oui ! Et 37% estiment que les médias n’inventent pas d’histoires sur le Président, 17% sont sans opinion. Mais parmi les électeurs républicains, 76% estiment que les médias inventent des histoires, 11% pensent que non. Kayleigh McEnany, porte-parole des Républicains, nous rejoint pour réagir. Kayleigh, ravie de vous voir. Qu’est-ce que ça vous inspire que près de la moitié du pays, et la majorité des Républicains pensent que les médias fabriquent des Fake News sur Trump ?» Kayleigh McEnany : «Le peuple américain est très perspicace, il a compris le jeu des médias, ils ne peuvent pas être trompés, ils voient la longue litanie de fausses informations. Je vous en cite quelques unes, Trish : NBC a dû publier un correctif après avoir inventé une histoire sur les notes de Paul Manafort sur le Comité National Républicain, un article du New York Times de février a été démenti par James Comey, CNN a retiré un article qui affirmait que Scaramucci était impliqué dans l’enquête sur la Russie, un journaliste du Times affirmait que le président Trump avait retiré le bus de Montgomery de son bureau, l’Associated Press a dit que l’administrateur de l’EPA a eu une rencontre avec un responsable du Dow Chemical, ce qui est faux. En voilà 5 en seulement quelques mois. Ils inventent des histoires et le peuple américain s’en rend clairement compte. Mais il y a une chose que les médias n’ont pas pris en compte, c’est que ce président est un combattant. Il va répliquer. Il ne va pas se laisser faire. Et il les bat à leur propre jeu quand on voit ce sondage : 46% pensent que les médias inventent des histoires. Le Président Trump est en train de gagner.» Trish Regan : «Vous venez de dire qu’il les bat à leur propre jeu, c’est très intéressant Kayleigh, parce que quand on y repense, personne n’a encore fait cela. Personne n’a été aussi combatif que lui. Certainement pas comme cela. Certains disent «Ce n’est pas présidentiel» ou je ne sais quoi, mais si les médias s’en prennent à vous, que faites-vous ? Comment réagissez-vous quand ils inventent des histoires ?» Kayleigh McEnany : «Vous répliquez ! Parce qu’historiquement, on a vu des politiciens républicains prendre des coups, encaisser la négativité, et rester silencieux. Le Président Trump, lui, réplique.» 
Donald Trump a réagi sur twitter en estimant que ce sondage qui va pourtant dans son sens était sous-estimé : «“46% des Américains pensent que les médias inventent des histoires sur Trump et son administration.” C’est en fait bien pire que cela.»



Chute de Raqqa, la fin de Daech ?

Le Clash avec Rachel Marsden 

Raqqa ! Raqqa outragé ! Raqqa brisé ! Raqqa martyrisé ! Mais Raqqa libéré ! La capitale de Daech a finalement été libérée à la mi-octobre par les Forces Démocratiques syriennes, milice arabo-kurde soutenues par les États-Unis. Le « califat » ne règne plus que sur un espace désertique de 15.000 km2, à cheval sur la frontière irako-syrienne. L’éradication annoncée de son territoire et de ses combattants va-t-elle déboucher sur un retour aux frontières d’avant la guerre ? 

Invités: Jean-Pierre Duthion est consultant media, et a été expatrié français en Syrie pendant dix ans, où il a notamment été emprisonné. Christian Chesnot est journaliste à France Inter et spécialiste du Moyen-Orient.

Natacha Polony : La chute de Raqqa inquiète beaucoup les pays occidentaux

Avec la chute annoncée de Raqqa, les pays occidentaux, dont la France, sont confrontés au problème du possible retour de leurs ressortissants partis rejoindre les rangs de l'EI. 
Natacha Polony dans le Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard. 19/10/2017

Donbass : les assassins de Motorola capturés


Les personnes liées à l'assassinat de Arsen Pavlov (alias Motorola) ont été placées en détention, a affirmé le chef de la République populaire de Donetsk (RPD) Alexandre Zakharchenko lors de sa visite de travail à Rostov-on-Don le 16 Octobre, selon l'Agence des Nouvelles de Donetsk.

"Le ministère des Affaires intérieures de la RPD (DPR MAI) fera bientôt une déclaration sur les progrès de l'enquête sur la mort violente de Pavlov. Tous les individus impliqués dans sa mort sont en détention, à l'exception d'une personne. Le MAI de la République fera une déclaration à cet égard ", a informé Zakharchenko.

Le commandant du bataillon Sparta Pavlov alias Motorola, a été tué à Donetsk en octobre 2016.

Les autorités de la RPD considèrent que la mort de Pavlov est le résultat de l'attaque terroriste organisée par les services de sécurité ukrainiens.

Les représentants des forces de l'ordre républicaines ont déclaré plus tôt qu'ils soupçonnaient la communauté de la "Division Misanthropique" d'organiser des attaques terroristes sur le territoire de la République. Des membres de cette organisation ont pris la responsabilité du meurtre de Motorola.

mardi 17 octobre 2017

George Soros transfère 18 milliards de dollars à son institut Open Societies Foundation

George et John, amis pour la vie

[Et ça sent pas bon! - NDLR]

Selon le « Wall Street Journal » , le financier américain d'origine hongroise vient de confier près de 18 milliards de dollars, soit l'essentiel de sa fortune, à sa fondation Open Society Foundations, créée en 1979. Celle-ci se voit ainsi instantanément propulsée au deuxième rang des organisations philanthropiques aux Etats-Unis par les actifs gérés, derrière la fondation du couple Gates, selon le National Philanthropic Trust.
George Soros avait indiqué par le passé qu'il comptait léguer sa fortune à sa fondation, qu'il alimente régulièrement depuis des années. Au total, le milliardaire et sa fondation ont déjà financé 14 milliards de dollars de "projets philanthropiques".

Pour en savoir plus sur les activités de l'institut Open Societies Foundation de Soros :

dimanche 15 octobre 2017

Natacha Polony face à Glucksmann sur l'interview de Macron, H.Weintein, B.Cantat et l'islam


l'affaire Harvey Weintein aux Etats Unis, l'exposition de Bertrand Cantat en couverture des Inrocks, l'interview ce soir du Président de la République

Le Grand Face à Face 15/10/2017 Ali Baddou, Natacha Polony et Raphaël Glucksmann

samedi 14 octobre 2017

Défense russe : 1 000 combattants de Daesh seraient arrivés en renfort d'Irak en Syrie


Environ 1 000 djihadistes, venant des zones d'Irak où agit la coalition internationale sous commandement américain, sont entrés en Syrie où leur offensive a été brisée par l'aviation russe et l'armée syrienne, selon le commandement russe.

EN DIRECT : Les images de la grande manifestation féministe contre les abus sexuels à Hollywood !


Pour quelle raison la Russie rachète-t-elle de l’or en quantité record?



Depuis que les États-Unis et l’Union européenne ont introduit leurs sanctions à l’encontre de la Russie, ce pays a intensifié sa politique de rachat d’or. Sputnik a invité un expert à s’exprimer sur les raisons qui la motivent.

De janvier à septembre 2017, la Banque centrale de Russie s’est procurée la bagatelle de 4,2 millions d’onces troy d’or pour un montant de 5 milliards de dollars (près de 4,2 milliards d’euros, selon le taux de change actuel), soit une hausse de 15% par rapport à la même période l’année précédente. Cet intérêt pour le métal précieux n’est pas nouveau: depuis l’introduction de sanctions antirusses par l’UE et les États-Unis, la Banque centrale russe achète chaque année 100 tonnes d’or, soit plus que tout autre régulateur du système bancaire au monde.

Les raisons? Comme l’explique à Sputnik Gabriel Rubinstein, consultant financier et ex-représentant de la Banque centrale d’Argentine, les pays accumulent de l'or pour des raisons stratégiques et défensives, pour le cas où une situation absolument destructrice se produirait entre les États et entraînerait une dévaluation des devises.

«Par conséquent, il est préférable d'avoir des lingots d'or qui formeront la base de toute autre devise ou de tout autre actif précieux à l'avenir. Cette ressource financière éternelle a une valeur réelle par rapport à d'autres actifs financiers», explique l’expert.

Selon ce dernier, les pays croient qu'il vaut mieux avoir de l'or que des dollars: «Si vous supposez hypothétiquement que la Russie aura beaucoup de dollars et que les États-Unis voudront lui porter préjudice, la manipulation et d'autres actions entreprises par le pays émetteur le rendront possible».

Il convient de noter qu’au cours de ces 10 dernières années, la Banque centrale de Russie a considérablement modifié sa politique de gestion des réserves de change du pays. Ceci concerne de prime abord la diminution de la part d’euros de 40 à 26% et l’augmentation du volume d’or de 8 à 73,6 milliards de dollars.

vendredi 13 octobre 2017

[HISTOIRE] 2eme Guerre Mondiale : La vérité sur la bataille de Dunkerque et la fuite éperdue des anglais


Numéro spécial de réinformation historique concernant la bataille de Dunkerque, avec en invité André Posokhow.

Natacha Polony sur "Le gros porc Harvey Weinstein"

Clinton : Je ne vois pas pourquoi il y a toute cette agitation ! Cosby : Vous n’avez rien fait de mal !

Natacha Polony revient aujourd'hui sur le scandale "Harvey Weinstein" qui éclabousse le tout Hollywood.

“Du bon côté de la barricade” : Quand BHL soutenait Weinstein qui défendait Polanski….

Cliquer sur l'image pour agrandir
L'opinion en 2012 de BHL concernant ses "amis" Polanski(4 accusations de viol sur mineure)et Weinstein

 VOIR le site de BHL : La Règle du Jeu

Source : Olivier Berruyer

Soutien de la république aux terroristes en Syrie via le cimentier Lafarge. L'ex ministre FABIUS dans le viseur de la justice [Enfin!]


Dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de financements par Lafarge du groupe terroriste Daech en Syrie, l’ONG Sherpa demande l’audition de l’ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. Pendant plusieurs années, le Quai d’Orsay aurait poussé l’entreprise à rester dans le pays en guerre civile, selon d’anciens salariés du groupe.

Selon une information France Info, Laurent Fabius serait dans le viseur de Sherpa qui défend les intérêts des anciens salariés syriens du cimentier LafargeHolcim. L'ONG demande à ce que l'ancien ministre des Affaires étrangères sous le quinquennat de François Hollande soit entendu par la justice. Une demande qui s’étend également aux deux anciens ambassadeurs de France en Syrie. "La justice française ne doit oublier aucun acteur dans cette affaire. L'Etat doit être exemplaire, les juges doivent donc rechercher son éventuelle responsabilité", relève Marie-Laure Guislain, responsable du dossier pour l'ONG. Cette demande a été déposée cette semaine auprès des juges d'instruction du tribunal de Paris.

Lafarge est au cœur d'une enquête sur les liens qu'il a pu entretenir, notamment avec l’État islamique, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014 sa cimenterie de Jalabiya, au nord de la Syrie en pleine guerre civile. L’industriel est soupçonné d’avoir versé de l’argent au groupe terroriste pour pouvoir continuer son activité. Or plusieurs dirigeants du cimentier affirment que le Quai d'Orsay était au courant des activités de Lafarge. "Tous les six mois, on allait voir le Quai d'Orsay qui nous poussait à rester. (Le ministère nous) disait qu'il faut tenir, que ça va se régler", a assuré le directeur-général adjoint de Lafarge à l'époque. Le ministère des Affaires étrangères assure pour sa part avoir alerté l’entreprise sur les risques encourus à rester dans le pays.



Crime contre l’humanité

En avril, Eric Olsen, patron de LafargeHolcim depuis juillet 2015, avait démissionné pour tenter de désamorcer le dossier syrien. Le conseil d'administration avait accepté sa démission mais estimé qu'il n'était "ni responsable ni pouvant être considéré comme informé des actes répréhensibles identifiés" en Syrie. C’est plutôt l’ancien patron du groupe, Bruno Laffont, qui intéresse la justice. Le dossier a été confié en juin à trois juges d'instruction.

Par ailleurs, fin septembre, un collectif de défense des chrétiens d'Orient a déposé plainte pour "complicité de crimes contre l'humanité" contre le cimentier. "Les exactions commises en Syrie par l'organisation Etat islamique ne relèvent pas de simples actes de terrorisme mais de crimes contre l'humanité", juge la Coordination des Chrétiens d'Orient en Danger (CHREDO).
Source : AFP

VOIR AUSSI (pour aller plus loin) :

la véritable raison de l'acharnement de Hollande et Valls contre Bachar Al-Assad


jeudi 12 octobre 2017

Volatilité : les marchés sont-ils sous prozac ? [Olivier DELAMARCHE]


Depuis plusieurs semaines, les variations quotidiennes du CAC40 sont minimes. La volatilité implicite est elle aussi à son plus bas niveau historique. Une très faible volatilité des marchés action qui pourrait, selon Olivier Delamarche, fondateur de Triskelion Wealth Management, devenir un problème. Ecorama du 10 octobre, présenté par David Jacquot sur boursorama.com

samedi 7 octobre 2017

Toute la vérité sur la situation en Libye avec Franck Pucciarelli

Franck Pucciarelli représentant Europe du Mouvement Révolutionnaire International de la Jamahiriya libyenne nous apporte des nouvelles de la situation chaotique qui règne dans le pays. Il revient sur de nombreux faits et remet en cause les versions de certains acteurs de ce conflit.
Une entrevue choc pour mieux comprendre cette guerre.

jeudi 5 octobre 2017

Entrevue avec Alexandre Zakhartchenko, président de la République populaire de Donetsk


Interview réalisé par Zakhar Prilépine et Alexandre Kazakov pour Donetskij Format, le 1er août 2017. Sous-titré par Eurasie Express

Pour aller plus loin sur la question du Donbass :

Emmanuel Todd : "l'Espagne est-elle au tout début d'une marche à la guerre civile ?"



Roselyne Febvre (France 24) et Frédéric Rivière (RFI) reçoivent Emmanuel Todd, historien, essayiste et démographe, à l'occasion de la sortie de son livre, "Où en sommes-nous ? Une esquisse de l’histoire humaine". A travers son ouvrage, il revient sur l'évolution de la société qui devient de plus en plus uniforme.

mercredi 4 octobre 2017

Ours à bord! Des pêcheurs russes sauvent deux oursons en détresse de la noyade


RT

Défense russe : douze chefs du Front al-Nosra tués dans une frappe de l’aviation russe [VIDEO]


Le ministère de la Défense russe a diffusé une vidéo des frappes de l’aviation russe sur les positions du Front al-Nosra. Le porte-parole du ministère de la Défense russe Igor Konachenkov a précisé que douze chefs du Front al-Nosra et leurs escortes avaient été éliminés.

Maria Zakharova sur la Catalogne : "C'est l'Europe qui veut nous parler du référendum en Crimée et du respect des droits de l'Homme? "


La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a commenté la situation en Catalogne au lendemain du référendum sur son autodétermination: «C'est l'Europe qui veut nous parler du référendum en Crimée?»

«Je regarde et je lis des informations sur ce qui se passe en Catalogne. C'est l'Europe qui veut nous parler du référendum en Crimée et du respect des droits de l'Homme? Tous ces sommets européens qui prorogent les sanctions contre la Russie ressemblent désormais, à la lumière des évènements en Espagne, à La Parabole des Aveugles de Pieter Brueghel l'Ancien», a-t-elle indiqué sur Facebook.

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a annoncé que des débats auraient lieu le 4 octobre à Strasbourg sur le référendum d'autodétermination en Catalogne en présence de membres de la Commission européenne.

Suite : sputniknews

mardi 3 octobre 2017

La petite histoire : Jeanne d'Arc, le procès de Rouen


Nous sommes le 30 mai 1431, et la fantastique épopée de Jeanne d'Arc se termine à Rouen, sur le bûcher, au milieu des flammes. Pour les Anglais, il fallait que cette sorcière meurt, et que l'accusation d'hérésie discrédite le roi de France. C'est donc au terme d'un procès dur et éprouvant, mais surtout totalement biaisé, que Jeanne est conduite à son martyr. Et pourtant, elle aura été merveilleuse, inébranlable, jusqu'à en stupéfier ses juges. Retour sur un procès inique venu paradoxalement sonner le début de la fin de la domination anglaise sur la France.

Natacha Polony : "Il faut être intraitable avec les étrangers multirécidivistes"

Natacha Polony dans le Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard. 03/10/2017

Analyse d'un livre d'un général de l'OTAN imaginant une guerre contre la Russie par Michel DRAC


Une note de lecture sur le scénario de futurologie militaire qu'un général britannique, ex-commandant en second de l'OTAN en Europe, a consacré à l'hypothèse d'une confrontation avec la Russie.

Polony Sans Filtre Industrie 4.0, Whirlpool, Attentat terroriste...


La revue de presse de Natacha Polony du 03/10/2017

Censure ou la démocratie en marche dans la France d’aujourd’hui [JACQUES SAPIR]



Un acte en apparence anodin, mais en réalité assez extraordinaire, a été commis à mon égard. Il est significatif de l’atmosphère dans laquelle la France se débat depuis maintenant plusieurs mois.
Mon carnet scientifique, ouvert en septembre 2012 sur Hypotheses.org a été suspendu. Je ne puis donc plus installer de notes ni faire des modifications sur les textes publiés. Le communiqué, signé par Marin Dacos directeur d'Open Edition, et installé sur mon carnet dit: « Le carnet que vous consultez est désormais une archive et ne sera plus alimenté. Les droits d'accès en écriture ont été retirés à son auteur par l'équipe d'OpenEdition.

À de nombreuses reprises, l'auteur du carnet y a publié des textes s'inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique propre à Hypothèses et constituant une condition indispensable pour publier sur la plateforme. »

Prenons ce texte au pied de la lettre. Cela signifie que l'on pourrait séparer ce qui relève de la « science » de ce qui relève de la « politique ». C'est peut-être, et encore, le cas dans les sciences de la nature. Mais, c'est strictement impossible dans les sciences sociales, comme l'économie, la sociologie, l'histoire ou les sciences politiques. On ne peut qu'être étonné par cette prise de position, venant de gens qui avaient la charge d'une plateforme consacrée principalement aux sciences sociales. Cela prouve, du moins en apparence, qu'ils n'en maîtrisent nullement l'épistémologie.
Par ailleurs, j'ai ouvert ce carnet en septembre 2012, et immédiatement j'y ai publié à la fois des textes plus académiques (servant bien souvent de base à des articles scientifiques) mais aussi d'autres textes, plus polémiques, et toujours en lien avec mes propres recherches. Tous ces textes s'inscrivent dans le contexte de mes recherches. De plus, et il faut l'ajouter, de nombreux carnets réagissent eux-aussi à l'actualité.

Je conteste donc formellement cette affirmation tout comme cette procédure, dont on peut s'étonner qu'elle survienne maintenant, en 2017. J'aurais compris cette mesure si mes textes avaient contrevenu au point 10 de la charte d'Open Edition. Mais, un courrier de M. Dacos indique que ce n'est pas le cas et que ce n'est pas cela qui m'est reproché.

Parmi les textes qui me sont reprochés dans une lettre co-signée de M. Dacos et du Président d'Open Edition, il y a le texte suivant: Times of change for French politics (24 avril 2017). Il correspond à la version anglaise d'un article publié dans la revue russe Ekspert. D'autres auteurs écrivant sur Hypothese.org pratiquent de même. Pourrait-on alors m'expliquer ce qui justifie la différence de traitement avec moi? Est-ce la revue russe, pourtant considérée dans son domaine comme une revue de référence, qui gêne? Ou bien alors, faut-il croire que ce sont les opinions? Bref, on ne peut que constater qu'ici les termes du communiqué ne cachent que très mal une toute autre réalité.

Ce communiqué apparaît, alors, comme un pur prétexte. On se souvient du vieil adage « qui veut noyer son chien l'accuse de la rage ». On comprend immédiatement que pour tout auteur, et c'est mon cas, qui estime que la recherche ne se fait pas dans les limbes, les travaux scientifiques me conduisent nécessairement à prendre parti dans l'agora électronique, ce que j'ai fait d'ailleurs dès l'ouverture du carnet en septembre 2012. Nous sommes donc, à tout le moins, devant une mesure arbitraire. Alors, peut-être est-ce tout simplement le succès du carnet Russeurope qui m'attire les foudres de Marin Dacos et d'Open Edition. Et il est vrai que Russeurope a connu un développement auquel je ne m'attendais pas quand je l'ai créé. Le nombre de connexions mensuelles, tout comme le nombre de visiteurs, a atteint des chiffres étonnants. On peut penser que ce qui aurait été toléré pour un carnet connaissant moins de 30 000 connexions par mois était devenu insupportable pour un carnet connaissant plus de 200 000 connexions mensuelles, avec des pics à plus de 350 000. Ainsi, la note postée sur RussEurope le 22 septembre 2012 n'est pas différente ni dans son ton ni dans son contenu, de ce que j'ai publié cette année. Mais, clairement, une note publiée sur un carnet qui, à l'époque, avait environ 25 000 connexions/mois gène moins que ce qui est publié sur un carnet à plus de 200 000 connexions/mois. Et ce d'autant plus qu'il était de notoriété publique que les articles et notes de Russeurope étaient repris sur d'autres blogs, que ce soit en France, en Belgique, en Italie ou dans d'autres pays.

Il y a cependant un autre point dérangeant dans la démarche d'Open Edition. Tous les articles cités datent de 2017, et de la période dite de « campagne présidentielle », alors que j'ai publié des prises de position dès l'ouverture du carnet. Or, on peut constater qu'en 2017 M. Marin Dacos est devenu « Conseiller scientifique pour la science ouverte auprès d'Alain Beretz, Directeur général de la recherche et de l'innovation au Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation ». Ceci correspond à une position officielle. Elle est, d'ailleurs, de nature à induire un conflit d'intérêts avec sa position de directeur d'Open Edition qui, par nature, est une plate-forme ouverte à toutes les opinions.

Surtout, elle pourrait fonder à penser qu'il y a là la source réelle de la mesure qui me frappe. Ce n'est point tant le fait de publier des textes politiques, ou s'inscrivant dans une lecture du politique découlant de recherches scientifiques que l'on me reproche, mais bien les opinions de ces textes. Ce serait donc, si cette hypothèse était vérifiée, un véritable procès d'opinion, chose que l'on croyait bannie dans un pays se disant démocratique.

On découvre donc où sont tombés la démocratie, et les pratiques démocratiques, en France. L'éviction du Nouvel-Observateur d'Aude Lancelin il y a quelques mois, indiquait bien que des pratiques plus que malsaines étaient en train de se répandre. Car, on reprochait moins à Mme Lancelin ses articles que le fait, de notoriété publique, qu'elle soit la compagne de l'économiste contestataire Frédéric Lordon. Aujourd'hui, 1er octobre 2017, on voit le gouvernement espagnol envoyer la police et les forces para-militaires pour empêcher la tenue du référendum sur l'indépendance en Catalogne. On bâillonne ici, on réprime là-bas. Si le Prince Hamlet sortait aujourd'hui de sa tombe il pourrait dire qu'il y a décidément quelque chose de pourri dans le royaume de France et dans celui d'Espagne…

sputniknews

dimanche 1 octobre 2017

Dialogues avec Emmanuel Todd


https://www.librairiedialogues.fr/liv... Rencontre avec Emmanuel Todd , qui a eu lieu le 22 septembre 2017 à la librairie dialogues à Brest, à l'occasion de la parution du livre "Où en sommes-nous ? Une esquisse de l'histoire humaine" , (Seuil).

Natacha Polony sur les insoumis et Jean-Luc Mélenchon [PolonyTV]


Les Insoumis marchaient samedi contre la réforme du Code du Travail. Au-delà de la bataille des chiffres et des polémiques sur les propos de Jean-Luc Mélenchon, cette journée prenait place dans les rapports de force qui vont animer ce quinquennat.

Natacha Polony face à Glucksmann sur le débat décevant de Mélenchon et le discours de Macron


Le face à face polony/glucksmann 
Questions politiques du 01/102017

L'islam dévoilé - conférence d'Odon Lafontaine (Olaf)


L'islam est aujourd'hui dévoilé sous toutes les coutures : - Par la recherche historique qui dévoile ses origines réelles - Par les convulsions géopolitiques du Proche Orient, par les actes des musulmans eux-mêmes qui dévoilent les fruits de l'islam et sa violence intrinsèque - Par son histoire commune avec l'Occident, depuis plus de 2 siècles - chute du califat, recomposition salafiste, bouillonnement politique, incapacité à "vivre ensemble" avec l'Occident des Lumières... - qui dévoile la nature idéologique de l'islam - Par l'immense mouvement d'apostasie de millions de musulmans, sans précédent dans l'histoire, qui dévoile l'échec de l'islam à satisfaire les aspirations des hommes

Conférence du 18 septembre 2017, donnée au Cercle de l'Aréopage - https://www.cercleareopage.org/

samedi 30 septembre 2017

RENCONTRE AVEC ALAIN BADIOU & EMMANUEL TODD


RENCONTRE AVEC ALAIN BADIOU & EMMANUEL TODD SAMEDI 16 SEPTEMBRE 2017

Scandales d’Alstom : ce que l’on vous cache


Le TGV passe sous pavillon allemand. Trois ans après le rachat du pôle énergie d’Alstom par le géant américain General Electric, c’est au tour de la branche transport de passer à l’étranger. Au fil des années, l’indépendance et les fleurons industriels français volent en éclat avec la complicité de ses dirigeants politiques. Avec Alexandre Leraître, analyste en intelligence économique et co-réalisateur de Guerre Fantôme : la vente d’Alstom à General Electric (https://www.guerrefantome.com), Elise Blaise revient sur ses opérations successives où actionnaires, politiques et firmes américaines œuvrent dans l’ombre pour réaliser des profits toujours plus importants. Avec toujours la même victime : la souveraineté de la France.

Voir aussi sur le même sujet :

jeudi 28 septembre 2017

mercredi 27 septembre 2017

Xavier Moreau : Poutine sera candidat à sa réélection


Xavier Moreau, homme d’affaires français vivant à Moscou, est consultant pour TVLibertés. Il fait un tour d’horizon exhaustif de la situation politique russe à quelques mois du premier tour de l’élection présidentielle (le 18 mars 2018). Pour Xavier Moreau, il ne fait aucun doute que Vladimir Poutine sera candidat à sa réélection. En 2012, Poutine a été élu, dès le premier tour, avec 63% des suffrages. Six ans plus tard, la seule question qui se pose est de savoir si l’actuel chef d’État est capable de réitérer cet exploit et de ne pas être confronté à une forte d’abstention. Le consultant revient aussi sur le scandale du film Matilda qui secoue la Russie. L’oeuvre, très contestée, retrace l’histoire d’amour du futur tsar Nicolas II avec une jeune ballerine du Bolchoï. Le fait qui se veut historique est considéré comme un sacrilège fait à la mémoire du tsar par une partie de la population, et tout particulièrement parmi les orthodoxes. La presse internationale s’est emparée de l’affaire...

ALSTOM : Coups bas de l’État au service des entreprises américaines ?


Le Désordre Mondial avec Rachel Marsden

 La domination omnipotente des États-Unis sur les affaires économiques européennes est telle, qu’elle en devient presque caricaturale. Dernier exemple en date : l’acquisition de la branche ferroviaire Alstom en septembre 2017 par Siemens. Ce qui vient conclure le démantèlement de la compagnie française, General Electric avait déjà racheté sa branche énergie en 2015. La France n’a donc plus le contrôle sur sa propre production d’énergie et notamment sur le nucléaire. Peut-on encore parler de souveraineté économique française ?

 Invité : Eric Denécé est Directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), et ancien officier-analyste du renseignement pour le Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN).

Natacha Polony : Macron a validé la grande braderie de notre industrie

Le chef de l’État a présenté hier à la Sorbonne sa vision de l’Europe qu’il souhaite voir appliquée sur le continent. Pour la plupart de ses intentions, de simples vœux pieux. Grand Matin Sud Radio - 27/09/2017

Syrie : Les russes érigent un pont sur l'Euphrate, la fin de l'EI se rapproche...



Pour faciliter les déplacements des troupes syriennes dans la province de Deir ez-Zor, les militaires du génie russe ont érigé un pont à travers l'Euphrate.

Des troupes du génie russe ont érigé un pont à travers l'Euphrate, à quelques kilomètres de Deir ez-Zor, afin de permettre l'acheminement de matériel et de personnel sur la rive est du fleuve, a annoncé le chef du génie du ministère russe de la Défense Vladimir Bourovtsev.

Selon lui, le pont a été installé en moins de 48 heures, malgré les tirs permanents de djihadistes.

«L'adversaire avait recours aux drones. Lors des travaux de montage, nous étions "arrosés" par des grenades, par des explosifs qui tombaient d'en-haut. Néanmoins, nous n'avons essuyé aucune perte: aucun blessé, aucune victime dans nos unités. La construction a été achevée dans le délai convenu», a précisé le responsable.

Le pont est long de 210 mètres. Il est capable de supporter le passage de 8.000 véhicules par jour, dont des chars, des blindés de transport de troupes, ainsi que d'autres types de véhicules. Il sera utilisé également pour acheminer du fret humanitaire dans les régions libérées et pour évacuer les blessés.

Avant la construction de ce pont, seuls les détachements d'avant-garde de l'armée syrienne pouvaient traverser l'Euphrate, se servant de pontons. À présent, le gros de l'armée gouvernementale syrienne se prépare à franchir le fleuve.

Liberté d'expression : Le blog de Jacques Sapir censuré par un conseiller du gouvernement


Jacques Sapir interdit de blog par son espaceur, OpenEdition [rires] ! Motif : ouvertement politique, tel que cela ressort du communiqué signé par un certain Marin Dacos.
Extrait du communiqué signé Marin Dacos :
« Le carnet que vous consultez est désormais une archive et ne sera plus alimenté. Les droits d’accès en écriture ont été retirés à son auteur par l’équipe d’OpenEdition.
À de nombreuses reprises, l’auteur du carnet y a publié des textes s’inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique propre à Hypothèses et constituant une condition indispensable pour publier sur la plateforme. »
Bref commentaire de Jacques Sapir sur Twitter :
Tweet Jacques Sapir
Sur le coup de la nouvelle, on est un peu surpris. Pourquoi maintenant ? Pourquoi si tard ? Parce qu’enfin il y a belle lurette que Jacques Sapir livre des analyses engagées politiquement sur son blog. Bon d’accord, dans les dernières, c’est plutôt Macron qui lui servait de cible.
Ah, Macron, mais c’est bien sûr ! Il suffisait de parcourir la page Wikipedia de son censeur, Marin Dacos, pour avoir un début d’explication :
« Le 2 mai 2017, il [Marin Dacos, ndlr] est nommé membre du comité de suivi de l’édition scientifique4. Quelques mois plus tard, il devient Conseiller scientifique pour la science ouverte auprès d’Alain Beretzdirecteur général de la recherche et de l’innovation au Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation5. »
Page Wikipedia de Marin Dacos

mardi 26 septembre 2017

Christophe Guilluy : "l'antifascisme est devenu une arme de classe, car cette arme n'est utilisée que par la bourgeoisie."


Atlantico : À la rentrée 2016, vous publiiez "le crépuscule de la France d'en haut". Selon un sondage viavoice publié par Libération en début de semaine, 53% des français jugent que la politique du gouvernement bénéficiera en premier lieu aux plus aisés, quand 60% d'entre eux craignent une précarisation. Un an après, quel constat portez-vous sur cette "France d'en haut" ?

Christophe Guilluy : Nous sommes dans la continuité d'une société qui se structure autour de la mondialisation depuis 20 ou 30 ans.

Ce qui est validé ici, c'est une logique de temps long. Avec un monde d'en haut que j'ai décrit dans "la France périphérique" mais aussi dans la "Crépuscule de la France d'en haut". C'est un monde qui vit en vase clos, je parle de "citadellisation" des élites, des classes supérieures, et tout cela ne cesse de se creuser.

Il faut revenir au 2e tour de l'élection présidentielle. Ce que nous avons vu, c'est une structuration de l'électorat qui suit la dynamique économique et sociale de ces 30 dernières années. Le grand sujet caché depuis 30 ans, c'est la disparition de la classe moyenne au sens large, c’est-à-dire telle qu'elle l'était hier, celle qui regroupait la majorité des catégories sociales ; de l'ouvrier à l'employé en passant par le cadre. Les gens étaient intégrés économiquement, donc socialement, politiquement, et culturellement.

Ce qui explose avec le modèle mondialisé, c'est la classe moyenne occidentale. On va retrouver ces gens dans les territoires qui ne comptent peu ou pas ; France périphérique, Amérique périphérique, Grande Bretagne Périphérique etc…Inversement, des gens qui vont être de plus en plus concentrés dans les endroits ou "ça" se passe ; les grandes métropoles mondialisées. C'est ce qu'on a vu avec la carte électorale, qui était assez claire : les bastions d'Emmanuel Macron sont ces grandes métropoles mondialisées qui reposent sur une sociologie d'un front DES bourgeoisies.

Ce qui est frappant, c'est en regardant Paris. La bourgeoisie de droite n'a qu'un vernis identitaire, car même les bastions de la "manif pour tous" ont voté pour Emmanuel Macron qui est pourtant pour les réformes sociétales à laquelle elle s'oppose. Dans le même temps, les électeurs parisiens de Jean Luc Mélenchon, au 1er tour, ont aussi voté Macron au second tour. Ils n'ont pas voté blanc. Cela veut dire que le monde d'en haut est de plus en plus dans une position de domination de classe qui est en rupture avec la France d'en bas. C'est la grande nouveauté. Parce qu'un société ne marche que si le haut parle au bas. C'était le parti communiste; constitué d'une frange d'intellectuels qui parlaient aux classes ouvrières. Aujourd'hui le monde d'en haut ne prend plus du tout en charge le monde d'en bas, qui est pourtant potentiellement majoritaire. C'est un processus long, qui est celui de la sortie de la classe moyenne de toutes les catégories sociales. Cela a commencé avec les ouvriers, cela s'est poursuivi avec les employés, et cela commence à toucher les professions intermédiaires. Demain ce sera les retraités, il suffit de regarder ce qu'il se passe en Allemagne. La mondialisation produit les mêmes effets partout et les spécificités nationales s'effacent. Sur le fond, même si l'Allemagne s'en sort un peu mieux en vendant des machines-outils à la Chine, la précarisation touche largement l'Allemagne avec des retraités qui sont obligés d'empiler les petits boulots pour s'en sortir.

Ce qui est derrière tout cela, c'est cette fin de la classe moyenne occidentale qui n'est plus intégrée au modèle économique mondialisé. À partir du moment où l'on fait travailler l'ouvrier chinois ou indien, il est bien évident que l'emploi de ces catégories-là allait en souffrir. Nous sommes à un moment ou les inégalités continuent à se creuser. Je le répète, le monde d'en haut ne prend plus en charge les aspirations du monde d'en bas, c'est une rupture historique. On parle beaucoup du divorce entre la gauche et les classes populaires, c'est très vrai, mais ce n'est pas mieux à droite.

Selon un sondage IFOP de ce 20 septembre, 67% des Français jugent que les inégalités ont plutôt augmenté en France depuis 10 ans, un sentiment largement partagé en fonction des différentes catégories testées, à l'exception d'écarts notables pour les électeurs d'Emmanuel Macron (54% soit -13 points). Votre livre décrit une nouvelle bourgeoisie cachée par un masque de vertu. Alors que le Président a été critiqué pour ses déclarations relatives aux "fainéants et aux cyniques", n'assiste-t-on pas à une révélation ?

Aujourd'hui nous avons un monde d'en haut qui se serre les coudes, des bourgeoisies qui font front ensemble, qui élisent un Emmanuel Macron qui va être l'homme qui va poursuivre les grandes réformes économiques et sociétales de ces 30 dernières années. La seule différence entre Macron et Hollande ou Sarkozy, c'est que lui, il n'avance pas masqué. Il assume complètement. Il a compris qu'il ne s'agit plus d'une opposition gauche-droite, mais d'une opposition entre les tenants du modèle et ceux qui vont le contester. Les gens l'ont compris, et c'est de plus en plus marqué, électoralement et culturellement. Ce qui complique les choses, c'est qu'il n'y a plus de liens. Le monde politique et intellectuel n'est plus du tout en lien avec les classes populaires, et ils ne les prendront plus en charge. Les gens savent que les réformes vont les desservir et l'impopularité d'Emmanuel Macron va croître. Le crépuscule de la France d'en haut découle de cette absence de lien, parce qu'une société n'est pas socialement durable si les aspirations des plus modestes ne sont pas prises en compte.

Mais la bourgeoisie d'aujourd'hui est plus intelligente que celle d''hier car elle a compris qu'il fallait rester dans le brouillage de classes, et officiellement le concept de classes n'existe pas. La nouvelle bourgeoisie n'assume pas sa position de classe. Elle est excellente dans la promotion de la société ou de la ville ouverte, alors que ce sont les gens qui sont le plus dans les stratégies d'évitement, de renforcement de position de classe, mais avec un discours d'ouverture. Et quand le peuple conteste ce modèle, on l'ostracise. C'est pour cela que je dis que l'antifascisme est devenu une arme de classe, car cette arme n'est utilisée que par la bourgeoisie. Ce n'est pas un hasard si les antifascistes dans les manifestations sont des enfants de la bourgeoisie. Et tout cela dit un mépris de classe. Parce que personne ne va être pour le racisme et pour le fascisme. En réalité, derrière tout cela, il s'agit d'ostraciser le peuple lui-même, les classes populaires. C'est aussi une façon de délégitimer leur diagnostic, parce qu'en réalité, le "populisme", c'est le diagnostic des gens d'en bas, et la bourgeoisie s'en démarque en se voyant en défenseur de la démocratie. Et si Jean Luc Mélenchon monte trop haut, on utilisera ces méthodes-là.

...Lire la suite sur ATLANTICO

L'Amérique est-elle encore un modèle ?

Sommes-nous irrémédiablement devenus des « gallo-ricains », comme le dit Régis Debray ? L’Amérique a-t-elle encore quelque chose à nous apporter ? Ou devons-nous lui claquer la porte au nez ? Pour en débattre, nous accueillons en studio Charles Gave, financier, élève de Milton Friedman, Président de l'Institut des Libertés, et Thibault Isabel, Rédacteur-en-chef de la revue Krisis, créée par Alain de Benoist, et auteur l’ouvrage, préfacé par Michel Onfray, 'Pierre-Joseph Proudhon : L'anarchie sans le désordre' (Autrement, 2017).

Sondage : comment les Européens perçoivent-ils Angela Merkel ?


L’Allemagne a toujours eu un rôle prépondérant au sein de l’Union européenne. Mais qu’en pensent les Européens et quelle est leur attitude envers la chancelière ?


France/Donbass : Ouverture d'une représentation officielle de la République Populaire de Donetsk en France


Lundi à Marseille a été inaugurée la représentation officielle de la RPD en France, la web tv TV Libertés a réalisé un reportage :

Bannon : «Les footballeurs devraient remercier Dieu que Trump soit président» (Fox News, 26/09/17)


Steven Bannon : «Si les gens de ce pays s'agenouillent et que les footballeurs de la NFL veulent s'agenouiller, ils devraient s'agenouiller la nuit. Toutes les nuits.Et remercier Dieu que Donald Trump soit président des Etats-Unis. Il a évité au pays tellement de soucis. Il a fait un travail énorme quasiment sans aide. Je me suis retiré pour m'assurer que Mitch McConnell, dans l'establishment républicain, commence à montrer un soutien républicain, parce que vous savez quoi ? Mitch McConnell ne serait pas chef de la majorité si Donald Trump n'avait pas mené à la victoire une demi-douzaine de sénateurs en novembre. Alors il est temps pour l'establishment républicain de se lever et soutenir le président Trump.». - Fox News, 26 septembre 2017

dimanche 24 septembre 2017

Pourquoi F.Philippot s'acharne-t-il à vouloir sortir de l'€ ? (Comprendre le souverainisme et la politique monétaire en 4 minutes)


Florian Philippot quitte le FN, en partie sur la question de l'abandon de l'euro. Pourquoi la question de la monnaie nationale est-elle si importante pour les souverainistes? 
Profitons de l'occasion pour parler souverainisme et stratégie monétaire.
La Chronique Politique

jeudi 21 septembre 2017

Démission de Philippot : Débat avec Philippe Murer, conseiller économique démissionnaire du FN, B. Gollnish et JL. Lacapelle


Pour Jean-Lin Lacapelle, secrétaire national en charge des fédérations, et proche de Marine Le Pen, c’est bien la création de l’association de Florian Philippot « Les Patriotes », « qui a semé le trouble » dans les rangs des militants, des élus et des électeurs frontistes. « On s’est rendu compte que ce mouvement n’était pas une boîte à idées mais se transformait en parti politique ».

Une analyse que conteste Philippe Murer, ancien conseiller de Marine Le Pen pour les questions économiques et environnement, et aujourd’hui, lui aussi, démissionnaire du FN. Il reproche à la direction du parti « d’avoir décalé aux calendes grecques » le retour de la souveraineté monétaire, c'est-à-dire la sortie de l’euro. « Gilbert Collard a commencé à dire que la présidentielle était un référendum sur l’euro. Alors qu’aucun Français n’a remarqué ça » (…) « Beaucoup d’autres cadres ont repris ce thème ». « Les Patriotes, c’est un prétexte ». a-t-il déploré.

Historique du FN, Bruno Gollnisch a dit « regretter » le départ de Florian Philippot même « s’il venait de la gauche », « il avait tout à fait sa place ». Pour le député européen « Florian Philippot a beaucoup exagéré l’inimitié qu’il y avait (contre lui) au sein du mouvement. « Il a été très bien traité ». « C’est un débat de personnalités, un conflit de personnes » a complété Jean-Lin Lacapelle, réfutant l’argument d’une divergence de ligne politique entre Marine Le Pen et son ex-numéro 2.

Sur les conséquences du départ de Florian Philippot, Bruno Gollnisch, et Jean-Lin Lacapelle chiffrent à « une dizaine de cadres » ceux qui vont suivre. Un nombre «sous-estimé », pour Philippe Murer. : « le fait que symboliquement Florian soit tué, ça veut dire que cette ligne (souverainiste) est en train de partir parce qu’il y a beaucoup de gens qui sont en train de partir » a-t-il considéré avant d’être interpellé, avec le sourire, par Jean-Lin Lacapelle. « Tu peux revenir sur ta décision » lui a-t-il proposé.

Le fantasme du modèle économique allemand


Les Chroniques de Jacques Sapir 

Les élections générales qui ont lieu en Allemagne ce dimanche 24 septembre sont l’occasion de revenir sur le modèle économique allemand. Ce dernier suscite beaucoup d’admiration dans la classe politique française, une admiration soutenue par les résultats éclatants obtenus par l’économie allemande. Un modèle qui a pourtant des points sombres, notamment son taux de pauvreté et son faible investissement dans les infrastructures. Le « modèle » allemand est-il alors reproductible dans d’autres pays européens que l’Allemagne ? 

Invités : Philippe Béchade, président du think-tank les Econoclastes et rédacteur en chef de La Bourse au quotidien et Rémi Bourgeot, économiste et chercheur associé à l’IRIS.